Temps de lecture:

Récit d'un voyage à Madagascar

L’île rouge, la Grande Île, 90% d’espèces endémiques, un métissage venant de quatre continents, un dessin animé... je me rappelle également de Madagascar comme le millionnaire que j’étais lorsque je suis arrivé à l’aéroport de Tana et que, ma femme et moi, avons changé notre argent en Ariary, la monnaie locale.

Il faut dire que le contexte de ce voyage était spécial: lune de miel dans le pays le plus pauvre de la planète en 2013. Quelques jours après que des français se soient fait lyncher sur une des plages de Nosy Bé, futur lieu de notre séjour. S’il existe bien des superlatifs pour décrire cette île, il en est deux qui méritent d’être soulignés: l’extrême gentillesse et la bonne humeur « gratuites » des gens.

Au programme, une semaine à sillonner le nord de l’île de la baie des Français en passant par la montagne d’Ambre, l’Ankarana et les plantations de café, puis une semaine à naviguer entre les îles de Nosy Bé, Tanikely, Iranja et la baie de Kisimani.

Voici un petit florilège entendu au cours de ce voyage:

  • La ligne de bus préférée des malgaches de Tana est la ligne 11… (puis un geste avec la main, dos face à son interlocuteur imitant la marche en faisant bouger tour à tour l’index et le majeur).
  • Après avoir remercié un/une malgache, celui/celle-ci répond « plaisir »…
  • Fier de mon expérience culinaire, je demande à un malgache si l’espadon est succulent ici. Celui-ci me répond: « alors on sert de l’espadon quand il n’y a plus d’autres poissons à manger, car ce n’est pas bon » 
  • Voici la plus petite chauve-souris au monde, le plus petit caméléon au monde et le plus petit lémurien au monde… Il faut tout de même préciser que des lémuriens, il n’y en a qu’à Madagascar.
  • La route Tana-Diego est longue (1095 km), 20h pour les plus rapides… Comment cela se fait-il demandais-je? Est-ce l’état de la route? Le guide me répond amusé: « non, la route est une des meilleures, seulement à l’entrée et à la sortie de tous les villages, il y a un contrôle de police ». Apparemment, Google Maps a déjà intégré ce paramètre.
  • A l’aéroport de Nosy Bé - le plus grand et moderne jamais vu, soit dit en passant - le contrôleur me fait passer au travers du portique de sécurité et mon sac photo avec tout mon matériel sur le côté sans l’ouvrir (…!). Sur le tarmac, je dépose mon sac photo sur une table de fortune déployée devant notre avion, et en l’ouvrant, voyant une partie de mon matériel, le type me dit: « vous êtes photographe? alors, c’est bon, passez, je ne vérifie pas… »
  • Aux environs de toute rivière, ma femme pose inlassablement la même question: « y a des crocodiles? »
  • Notre guide nous demande comment se déroule notre voyage et nous lui répondons que tout est tip-top pour le moment. Il nous regarde interloqué, et après un long silence, nous explique très diplomatiquement ce que tip-top veut dire pour les malgaches: « on utilise ce mot quand on bricole quelque chose, par exemple, lorsqu'on rebouche un nid de poule sur la route... »
  • En bivouac dans la baie de Kisimani: « où sont les toilettes? ». Regards amusés de notre équipage en nous indiquant un endroit discret plus loin.
  • Lorsque nous étions dans la brousse et dormions aux abords dans l’Ankarana, en pleine nature sauvage, ma femme s’écrie: « Hiiiiiih!!! Il y a plein de grenouilles dans les toilettes! ». Elle a de la chance qu'il n'y avait pas de crocodiles...
En revoyant les photos prises au cours de ce voyage, je réalise à quel point nous avons été chouchouté par nos hôtes. Un grand merci à eux! Nous souhaitons également remercier l’agence de voyages Voyage inédit pour l’organisation sans faille dans ce magnifique endroit sur Terre que l’on peut, aisément appelé Paradis pour les millionnaires que nous étions…

Sébastien Sollberger
Switzerland